L'adaptation aux déficits sensoriels

    L'adaptation au déficit sensoriel

    Favoriser le « prendre soin » des personnes en établissement, c’est aussi adapter le bâti et les équipements aux déficiences sensorielles, visuelles ou auditives, des résidents.

    Les améliorations à apporter sont identifiées après étude de l’environnement de la personne âgée en établissement.

    Ces études sont réalisées dans le cadre d’un partenariat conventionnel avec la Mutualité Française Anjou Mayenne (Pôle déficience sensorielle). Le prestataire réalise auprès de chaque établissement du parc un audit d’adaptation du bâti aux déficits visuel et auditif. Il émet ensuite des préconisations adaptées.

    Voir la vidéo : les déficiences sensorielles

    La réalisation d’un audit d’adaptation au sein d’un EHPAD

    L’audit est réalisé au sein de l’établissement par des spécialistes en déficience auditive et visuelle.

    Ils procèdent à diverses évaluations : éclairage, sonorisation, déplacement dans les escaliers, signalétique…

    Ils s'entretiennent ensuite sur des questions d’accessibilité avec un groupe constitué de résidents déficients sensoriels et de salariés.

    A partir de l’ensemble des informations recueillies, ils restituent un cahier des charges comprenant des préconisations.

    L’ensemble des établissements du parc a ainsi été audité : des adaptations des bâtis et des équipements sont en cours de réalisation.

    La formation du personnel

    Le personnel de chaque établissement reçoit une formation spécifique sur les déficiences sensorielles, auditive ou visuelle. L’objectif est de sensibiliser les collaborateurs à un comportement adapté, donc bientraitant pour les résidents.

    Les thèmes abordés concernent directement les pathologies sensorielles liées à l’âge et impactant la perception qu’a la personne âgée de son environnement : dégénérescence maculaire, cataracte, surdité…

    Chaque formation est conçue et délivrée dans le cadre du partenariat établi.

    Fin 2013, plus de 900 collaborateurs ont été formés.

    Une journée de formation pour sensibiliser, une semaine pour être référent

    Durant une journée, le personnel reçoit une formation théorique et pratique sur chaque déficience sensorielle, auditive et visuelle, en lien avec les actes du quotidien.

    Le formateur aborde des sujets tels que les perceptions, l’appareillage auditif ou encore les aides visuelles. Le but est de sensibiliser le personnel aux difficultés rencontrées par les résidents et aux dispositifs existants.

    Ensuite, les collaborateurs sont mis en situation au moyen de port de lunettes ou de casque de simulation. La formation se termine par une séance de questions/réponses et la remise d’une fiche d’évaluation.

    Pour favoriser la pérennité de l’action, chaque établissement forme à la suite un à deux référents afin d’assurer une vigilance permanente sur l’adaptation du bâti et des pratiques quotidiennes. 62 référents ont ainsi été formés.

    Un guide a été édité : Déficiences sensorielles : guide pour l’adaptation des établissements médico-sociaux et sanitaires.